Les éloges funèbres de Saint Pétrus d'Ay par lui même

 

Et toi le poète Ardéchois

Avec ta voix de baryton

De ta grosse voix parfois

A demandé le pardon ...

De tes frères curés

Qui n'ont pas voulu de toi

Toi , l'ivrogne honoraire et non honorable

Qui a laissé l'honorabilité aux grands bourgeois

Qui se cuitent au champagne dans leurs salons respectables !

Toi , l'ami des clochards clochards comme toi

Sans la foi ou la loi des hommes

Tu dors sous un toit qui n'est même pas à toi

Durant ta vie

Et même dans ta mort , tu ne seras pas chez toi

Les gens de la région disaient souvent

"Qui ne connait, pas Pétrus ? "

Et Pétrus répondait : " Moi-même"

Car il y a bien longtemps je suis né

On me l'a dit , mais je ne me souviens pas

J'étais donc venu , moi le poète , pour deux jours à Bagnols ,

Et j'y suis resté 35 ans

Pourquoi faire ?

Avec mon âme la farandole , et aussi

Le guignol !

Et le clown que je suis devenu pour faire rire les gens

Dans la roulotte de sa vie a souvent; pleuré

Mais avec ma barbe de travers et mon air méchant

Dans un rire , mon sourire venait alors se sécher

Oui peut être ? Mais vous ne me connaissez point

vous mes chers et fidèles lecteurs

Car dans ma pensée, il y a toujours un rond point

Ou venait fleurir une fleur...

C'est donc à vous de la cueillir comme un objet précieux,

Cette fleur de mon âme,

Qui est celle d'un fou de Dieu !